Noël 14-18 : « Quelle épouvantable chose que la guerre ».

La plupart des hommes combattent, sans véritable conviction, laissant essentiellement s’exprimer le sens du devoir et de la survie. Ils tuent dans un état alternatif; indéfinissable, semblant céder, parfois avec délice, à un mal nécessaire…

« – Vas-y, vieux, régale-toi.

-Je vise, je tire et le boche s’abat.

-Ça y est, tu l’as eu ton fritz, me crie le petit gars en riant.

Est-ce réellement ma balle qui l’a atteint ? Je ne sais pas, mais j’en ai éprouvé une grande satisfaction. Quelle épouvantable chose que la guerre qui crée de telles mentalités. Je suis heureux d’avoir abattu un être humain. Un pauvre diable qui, comme moi, a souffert toutes nos misères… »

(Ma Grande guerre, Gaston Lavy.)

bf6744441c073cf5c981fd74a118bf5f

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s