Noël 14-18 : « Ils sortent alors de leurs tranchées, sans armes, rien du tout, officier en tête ».

Témoignage du soldat Gervais MORILLON :

 » Il se passe des faits à la guerre que vous ne croiriez pas. Avant-hier, et cela a duré deux jours dans les tranchées que le 90e occupe en ce moment, Français et Allemands se sont serré la main.
Voilà comment cela est arrivé : le 12 au matin, les Boches arborent un drapeau blanc et gueulent : « Kamarades ! Kamarades ! rendez-vous ! »
Ils nous demandent de nous rendre. Nous de notre côté, on leur en dit autant ; personne n’accepte. Ils sortent alors de leurs tranchées, sans armes, rien du tout, officier en tête ; nous en faisons autant et cela a été une visite d’une tranchée à l’autre, échange de cigares, cigarettes, et à cent mètres d’autres se tiraient dessus.
Si nous ne sommes pas propres, eux sont rudement sales, ils sont dégoûtants, et je crois qu’ils en ont marre eux aussi.
Depuis, cela a changé ; on ne communique plus. « 

display

(Crédit photo : Soldat français fumant une cigarette dans une tranchée allemande
(photo censurée par l’armée française)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s