⚫ S’HABITUER À LA MORT : « Vous voyez, dit l’homme, ils mettent du temps à brûler. »

COMME UN TAS DE FEUILLES.

Le fossoyeur était incapable de recouvrir tous ces frères d’armes qui gisaient sous le vent et la pluie.

Je marchais dans les champs où ils étaient allongés, entre leurs tombes hâtivement recouvertes et près des tas de morts ennemis qui attendaient leurs bûchers funéraires. « Vous voyez, dit l’homme, ils mettent du temps à brûler. »

Il parlait d’une voix neutre, comme un jardinier désignant un tas de feuilles d’automne.

🇬🇧 Philip Gibbs. Realities of War (extrait).

photo-1205330759240-1-0

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s