⚫ S’HABITUER À LA MORT : « […] Détourné mon pied pour ne pas écraser une fourmi, je vais être jeté dans une lutte corps à corps ».

« Soudain, on fait passer de mettre baïonnette au canon; un frisson parcourt tout mon être, moi dont le cœur trop sensible saigne et s’apitoie sur la moindre souffrance, moi qui ai si souvent détourné mon pied pour ne pas écraser une fourmi, une petite bestiole, je vais être jeté dans une lutte corps à corps, sauvage, sans merci, contre des malheureux victimes comme moi d’une implacable fatalité ! […] En arrivant au talus essoufflé comme après une longue course, je vis un de ceux qui y étaient allongés recevoir une balle dans le dos. Je verrai toute ma vie devant mes yeux ce trou fait comme une vrille, un peu de fumée du drap brûlé, un violent soubresaut de l’homme, un râle et l’immobilité de la mort. »

🇨🇵 Louis Barthas.

bataille-frontieres-charge-baionnette

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s