La pluie, la boue : « On meurt de la boue comme des balles, et plus horriblement. »

« La nuit, tapie dans un trou d’obus qu’elle comble, la boue, telle une pieuvre énorme, guette. La victime arrive. Elle lui jette sa bave infecte, l’aveugle, l’enserre et l’enterre. Il y a un disparu de plus… Car on meurt de la boue comme des balles, et plus horriblement. La boue où s’enlise l’homme et, ce qui est pire, l’âme. […] Tiens, regarde, il y a des veines rouges sur cette flaque de boue. C’est le sang d’un blessé. L’enfer n’est pas du feu. Ce ne serait pas le comble de la souffrance. »

🇨🇵 LE BOCHOFAGE, Journal des tranchées.

v-2-aout

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s