🔴 Une vie d’enfer : Le mercure qui descend jusqu’à -20 °C.

Le pire, dans l’univers quotidien de ces hommes de tranchées est la pluie et ce qui en découle la boue, la « mélasse » comme l’appellent les soldats. Quand il pleut, le boisage de la tranchée n’empêche pas celle-ci de se transformer en une véritable fondrière où l’on s’enfonce parfois jusqu’aux genoux. Et le mercure qui descend jusqu’à moins 20 degrés comme ce fut le cas dans les Vosges au cours de l’hiver 1916-1917 n’est pas plus apprécié, le pain, le vin gèlent mais également les doigts et les pieds. Et que dire de la compagnie des animaux comme les rats ? Ces derniers pullulent sur le front où ils se nourrissent des cadavres et des provisions des soldats. Même si celles-ci sont suspendues, les rats rivalisent d’adresse pour y accéder. S’en débarrasser est une tache ardue. Non seulement ils volent les provisions mais ils empêchent les soldats de dormir, en opérant de nuit. À ces bêtes immondes, il faut ajouter les poux, les « totos » qui démangent les soldats qui se grattent alors jusqu’au sang.

2824400csm_diapo_tranchees1_bd_c7492091df

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s