đź”´ ÉDITION SPÉCIALE : La bataille de Verdun : « On a appris Ă  vivre dans la terre avant de mourir. »

« 22 avril 1916,

On meurt de la boue comme des balles. Des blessĂ©s sont engloutis dans ce marais perfide. Ici, c’est la boue qui obsède, la boue glissante et liquide, l’affreuse boue meusienne soulevĂ©e, piĂ©tinĂ©e, tassĂ©e par des centaines de milliers d’hommes, de chevaux, de voitures. Une mer de boue jaune qui pĂ©nètre jusqu’Ă  la peau, elle rĂ©ussit Ă  se glisser sous les planches et les couvertures. Nous vivons sous la boue, nous voyons la boue de la boue partout, et des cadavres, des cadavres, et encore de la boue, et encore des cadavres. On a appris Ă  vivre dans la terre avant de mourir. »

Louis Corti.

Verdun-blessé-dans-la-boue.-Crédit-photo-exposition-De-boue-et-de-larmes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s