💥 DOCUMENT | LA GROSSE BERTHA, UNE ARME MYTHIQUE : 256 tués et 620 blessés. (2).

C’est la Bertha, la fameuse Bertha, énorme canon à longue portée, qui donne ainsi de la voix et sème la mort. Les services de repérage au son estiment que la pièce se trouve à 110 kilomètres de Paris. Leur calcul se révèle exact. Ce bombardement de terreur, dépourvu de tout intérêt militaire, trouve son explication dans le fait qu’il se conjugue avec la nouvelle offensive allemande déclenchée sur le front français le 21 mars. Cette offensive a entraîné une avance conséquente des troupes du Kaiser en direction de la capitale française, où il semble nécessaire de jeter la panique.

Les tirs de la Bertha se poursuivent le 24 avec le même intensité. Moins forts les jours suivants, ils redoublent de violence le 30 mars et continuent jusqu’au 30 août 1918, entrecoupés de périodes d’accalmie. L’offensive franco-britannique de Picardie met un terme aux bombardements. Ils ont touché tous les arrondissements de la capitale, les plus atteints étant le Xe et le XIXe.

La banlieue également a été visée. Des maisons d’habitation des églises, des crèches ont reçu des projectiles. Au total, 183 obus sont tombés sur Paris et 120 sur la banlieue. Presque toutes les victimes sont des civils. Il y a 256 tués et 620 blessés.

la-grosse-bertha

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s