đź”´ Histoires insolites de la Bataille de Normandie : Ils volent un avion aux Allemands sur l’aĂ©roport de Carpiquet (Calvados).

29 avril 1941, près de Caen (Calvados).

Denys Boudard et Jean HĂ©bert, deux jeunes aviateurs caennais, ont rĂ©ussi un des coups les plus osĂ©s pendant la guerre en Normandie. Voler un avion aux nez et Ă  la barbe des Allemands le 29 avril 1941, sur l’aĂ©rodrome de Carpiquet.

« Je ne suis pas une vedette. Je suis un combattant parmi tant d’autres ! », confiait Denys Boudard au journal local « L’Ă©veil de Lisieux », en 2004, quelques mois avant son dĂ©cès. MalgrĂ© son incroyable exploit avec son copain Jean HĂ©bert (tuĂ© par erreur aux commandes de son avion deux ans plus tard), il n’a jamais pris la grosse tĂŞte. Et pourtant son action du 29 avril 1941 n’est pas banale.

NĂ© Ă  Flers (Orne), Denys Boudard arrive Ă  Caen (Calvados) en 1937. MobilisĂ© dans l’armĂ©e de l’air avec Jean HĂ©bert, il revient en Normandie après le sinistre printemps 1940. Alors qu’ils sont en mission en Afrique du Nord, ils obtiennent une permission uniquement valable pour la zone libre. Ils profitent de l’occasion pour passer.

« Nous n’avions qu’une idĂ©e en tĂŞte, foutre le camp en Angleterre. Pourquoi pas en avion. Et si en plus on pouvait en piquer un aux Allemands…« . L’opportunitĂ© se prĂ©sente dix mois plus tard. « Nous avons cherchĂ© des bases aĂ©riennes. Comme il Ă©tait impossible de s’introduire dans celles de Bernay et Evreux, nous nous sommes rabattus sur Carpiquet. Ce n’Ă©tait franchement pas compliquĂ© d’y entrer ».

Le 29 avril 1941, Ă©quipĂ©s de deux combinaisons teintes en noir, les deux pilotes, qui n’ont que 150 heures de vol chacun, jettent leur dĂ©volu sur un Bucker bi-plan. « Un mĂ©cano se trouvait lĂ , mais il nous a Ă  peine regardĂ©s. Jean s’est installĂ© aux commandes et nous avons dĂ©collĂ© sans problème. C’Ă©tait un avion Ă  doubles commandes. On a tirĂ© Ă  pile ou face. Jean a gagnĂ© le dĂ©collage, moi l’atterrissage. Jean, qui aimait faire du rase-mottes, est passĂ© au-dessus de la gare de Caen. Il a battu des ailes pour faire signe Ă  un copain cheminot que tout s’Ă©tait bien passĂ© et qu’il pouvait aller porter les lettres que nous lui avions confiĂ©es Ă  nos parents.« 

Après une heure et demie de traversĂ©e, le Bucker arrive enfin en vue des cĂ´tes anglaises. ObligĂ© de faire un peu de saute-mouton au-dessus des collines pour Ă©chapper aux radars, l’avion se pose enfin sur l’aĂ©rodrome de Christchurch, sous le regard mĂ©dusĂ© des Anglais, surpris de voir atterrir chez eux un appareil portant la croix gammĂ©es et de Malte.

Bucker-2-500x361

Reprenant très vite leurs esprits, ils enverront un tĂ©lĂ©gramme plein d’humour aux Allemands : « Ne vous inquiĂ©tez pas, l’appareil et les deux pilotes vont bien. Continuez Ă  nous envoyer des appareils neufs. On va gagner la guerre plus rapidement… »

Denys Boudard avait nĂ©anmoins un regret concernant l’appareil : « la prise de guerre a eu une triste fin. L’avion a Ă©tĂ© vandalisĂ© par les sujets de la reine d’Angleterre…« . Très affectĂ© par la disparition tragique de son ami Jean HĂ©bert, en 1943, Denys Boudard participe Ă  la Bataille de Normandie. Le 13 juin 1944, il se pose pour la première fois sur le sol de France, Ă  Sainte-Croix-sur-Mer (Calvados), « après trois ans et quarante-cinq jours d’exil« .

Il poursuit sa carrière militaire au centre d’essai en vol de Bretigny-sur-Orge (Essonne). S’il pilote les premiers avions modernes, il n’en garde pas moins la nostalgie du Spitfire : « Cet avion, c’Ă©tait un vĂ©ritable chef-d’oeuvre.« 

56510923_362247071298906_4931807918321303552_n
Denys Boudard avait nĂ©anmoins un regret concernant l’appareil : « la prise de guerre a eu une triste fin. L’avion a Ă©tĂ© vandalisĂ© par les sujets de la reine d’Angleterre… ».
56443031_1100046000202192_4910038232336433152_n
Les deux jeunes pilotes caennais, photographiĂ©s au moment de leur arrivĂ©e le 29 avril 1941 sur l’aĂ©rodrome de Christchurch.

 

(Source/autorisation : Journal local de Lisieux (Calvados) : « L’Ă©veil de Lisieux » : https://www.facebook.com/EveilDeLisieux/).

Par Frédéric Leterreux.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s