⚫ Le massacre d’Oradour-sur-Glane : le drame de l’église : Femmes, enfants s’écroulent les uns sur les autres. (1).

Après de longues heures d’angoisse, dans l’incertitude du sort de ceux qu’elles ont laissés sur le Champ de Foire – et les rafales de mitrailleuses entendues laissent tout présager – voilà que les femmes voient s’ouvrir la porte de l’église. Enfin ! Est-ce la liberté ? Déjà s’ébauche le mouvement de sortie, sur le visage des petits enfants un timide sourire se dessine… Mais les deux Allemands qui sont entrés referment la porte; ils vont déposer près de la table de communion une caisse volumineuse d’où dépassent des cordons; à ces cordons ils mettent le feu, puis sortent en refermant la porte derrière eux. Presque aussitôt une explosion se produit; une fumée âcre; suffocante, se dégage. Quel affolement, alors ! « Nous allons mourir ! Nous allons mourir asphyxiés, brûlés ! »

Les enfants se jettent sur leur mère; des cris, des supplications jaillissent, bientôt étouffés par la fumée. Dans une vision infernale, les malheureuses victimes fuient en tous sens, se heurtant aux issues fermées, s’agrippant aux murs : par où s’échapper ? Sous la pression de cette masse hurlante, aux forces décuplées par la terreur, la porte de la sacristie cède; le salut, peut-être ? Non. Les tortionnaires ont songé à tout; ils se sont embusqués à l’extérieur et, par les fenêtres, tirent de toutes leurs armes. Quel carnage ! Femmes, enfants s’écroulent les uns sur les autres; aucun refuge ! Aucun recoin n’est épargné.

eglise

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s