⚫ Le massacre d’Oradour-sur-Glane : le drame de l’église : Ils tirent sans relâche, jusqu’à l’épuisement de leurs munitions.(3/3).

Dans l’église la tragédie touche à sa fin; les Allemands ont entr’ouvert les portes, ils tirent, au hasard, dans la fumée, ils tirent sans relâche, sans répit, jusqu’à l’épuisement de leurs munitions.  Et puis ils s’en vont. Un grand silence… Mortes ou agonisantes, les victimes affolées de tout à l’heure ? De combien de cadavres doit être jonché le sol de cette nef, ce matin, encore si nette et parfumée d’encens ? Il faut faire disparaître ces témoins de la civilisation nazie : les soldats reviennent; entasser pêle-mêle les bancs et les chaises en un monstrueux bûcher, y mettre le feu, tout cela ne demande qu’un instant. Dans le ciel clair de cette fin d’après-midi, s’élève une immense colonne de fumée et de flammes : l’église d’Oradour brûle…

Oradour-2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s