🔴 Bataille de Normandie : Drame au large de Ouistreham.

Le coup de vent qui a touché la Baie de Seine depuis cinq jours, commence à mollir. Outre des dégâts importants sur les ports artificiels, il a pour conséquence d’avoir considérablement ralenti le trafic maritime devant les plages du Calvados. Les navires chargés d’hommes et de matériel s’agglutinent en attendant l’ordre de pouvoir approcher.

Le transport de troupes anglais Derry Cunihy, est au mouillage devant Ouistreham, tirant sur son ancre depuis quatre jours. 500 hommes du 43e Wessex, un régiment de reconnaissance, prennent leur mal en patience avant de pouvoir enfin débarquer. Pendant que les navires sont inactifs en raison d’une houle résiduelle qui rend impossible toute opération de débarquement d’hommes et de matériel, la Luftwaffe, l’armée de l’air allemande, rôde dans le ciel. La zone de mouillage est truffée de mines, d’autant plus que les chasseurs de mines sont contraints à l’inaction. Toujours la faute au mauvais temps.

Ce samedi matin 24 juin 1944, les hommes du 43e Wessex dorment encore lorsque le commandant du Derry Cunihy, reçoit l’ordre d’appareiller pour rejoindre une zone de mouillage moins encombrée.

Le navire a à peine le temps de se mettre en route qu’une violente déflagration le coupe en deux. Une mine à dépression, flottant entre deux eaux. L’engin a touché la quille, la partie la plu vulnérable du bateau. En quelques secondes l’arrière du Derry Cunihy s’enfonce dans les flots. Des dizaines d’hommes sont pris au piège, dans l’impossibilité de s’extraire de cet enfer. Une partie des véhicules entreposés sur le pont s’écroule sur eux.

L’avant du bateau flotte encore. Les véhicules qui se trouvent dans la cale sont en feu. Les munitions explosent, ainsi qu’un camion stationné sur le pont. Le mazout qui s’est répandu sur la mer, s’enflamme à son tour. Des navires s’approchent du lieu de la catastrophe pour recueillir les rescapés. L’aumônier, le médecin et quelques membres d’équipage sont courageusement restés à bord de l’épave en feu pour évacuer les blessés. Scène incroyable, le capitaine du navire et le commandant du régiment se disputent l’honneur d’être le dernier à quitter le Derry Cunihy.

Le bilan est très lourd. 180 hommes ont disparu, 150 sont blessés.

derrycun1Dgb-K2VWAAAPiiZ

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s