🔴 Bataille de Normandie : Lisieux (Calvados) : « Il est mort dans mes bras… »

Le capitaine Georges Poinlane ne connaîtra hélas pas le bonheur de la liberté retrouvé. Marin de carrière, il rentre dans le Calvados après le sabordage de la flotte de Toulon en novembre 1942. Il est rapidement en contact avec des résistants du Calvados et intègre l’OCM (Organisation Civile et Militaire). Employé au Comptoir forestier, il profite de son travail pour cacher des réfractaires  au STO.

Incorporé dans la compagnie FFI Fred Scamaroni, il participe activement à la prise de Caen avec les Alliés. Le 10 juillet, il est blessé au bras lors d’un accrochage avec les Allemands.

Le 23 août, il est de nouveau en première ligne à Lisieux, affrontant les Allemands juste avant que ceux-ci n’abandonnent la ville. « J’ai vu le capitaine Poinlane écrire à ses parents », raconte le sous-lieutenant Maurice Loridant, résistant de la compagnie Scamaroni, « J’ai eu comme un pressentiment. On est entrés dans Lisieux et, rue Henri-Chéron, on a été canardés par l’arrière-garde allemande. Le capitaine Poinlane a été touché. Les pavés étaient rouges. Il m’a dit « Je suis foutu ». J’ai tenté de l’emmener au poste de secours, près de la cathédrale, mais en vain. Il est mort dans mes bras. Il avait 25 ans et une fille qu’il n’a jamais connue ».

(Source : « 100 jours pour la Liberté).

P1D3034900G_px_640_

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s