Le rôle primordial de la Résistance dans le succès du Débarquement de Normandie.

« L’heure du combat viendra… ». Il est 13h30, le 1er juin 1944, le premier message à l’intention des résistants de la région M est diffusé sur les ondes de la BBC. C’est-à-dire 14 départements de l’Ouest de la France. 160 autres messages suivent, dont les 3 premiers vers du poème de Verlaine, « Les sanglots longs des violons de l’automne », diffusés pour la première fois.

Le lundi 5 juin, à 21h15, 210 messages personnels annoncent enfin le grand soir, dont « Les dés sont sur le tapis » pour la mise en oeuvre des sabotages des voies ferrées, et « Il fait chaud à Suez », pour le déclenchement de la lutte armée contre l’ennemi.

Les résistants normands ne perdent pas de temps. La ligne ferroviaire Paris/Cherbourg est coupée au-dessus de Carentan. Le même sort est réservé aux voies Saint-Lô/Coutances, Paris/Granville, Caen/Bayeux et Caen/Vire. Des sabotages ont également lieu dans le pays d’Auge entre Lisieux et Mézidon, entre Lisieux et Bernay, entre Serquigny et Bernay.

Les câbles téléphoniques qui relient le poste de commandement du 84e corps d’armée allemand de Saint-Lô à celui de la 91e division d’infanterie à Valognes est coupé.

Résistance-en-Normandie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s