đź”´ EDITION SPÉCIALE : La rafle du VĂ©l d’Hiv : OpĂ©ration « Vent printanier ». (2/6).

Le lendemain, pour rĂ©pondre aux exigences allemandes qui prĂ©voyaient l’arrestation de 22 000 Juifs, RenĂ© Bousquet, le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral Ă  la police nationale, avec l’accord de Pierre Laval et du marĂ©chal PĂ©tain, met au service des Allemands les forces du prĂ©fet de police AmĂ©dĂ©e Bussière et du directeur de la police municipale, Emile Hennequin : 1 372 Ă©quipes de gardiens de la paix, renforcĂ©es de 1 916 policiers sont mobilisĂ©s dans les arrondissements de l’est parisien. Les Ă©lèves des Ă©coles de police renforcent les inspecteurs civil et les agents en uniforme, Ă©paulĂ©s par des militants des partis collaborationnistes.

Ă€ 4 heures du matin, l’opĂ©ration « Vent printanier » commence. Ainsi, le 16 juillet, c’est au moins 7 000 fonctionnaires d’autoritĂ© qui semblent avoir Ă©tĂ© opĂ©rationnels. 50 autobus de la CTRP, la Compagnie des transports en commun de la rĂ©gion parisienne, et 10 autocars aux vitres fermĂ©es ont Ă©galement Ă©tĂ© rĂ©quisitionnĂ©s avec leur personnel.

Les consignes d’arrestation sont strictes : ne pas discuter, emmener les enfants, mĂŞme de nationalitĂ© française, qui pourront ĂŞtre Ă©ventuellement relâchĂ©s dans les « centres de tri ». La rafle dure jusqu’au 17 juillet Ă  17 heures. En deux jours, 12 884 Juifs ont Ă©tĂ© arrĂŞtĂ©s : 3 031 hommes, 5 802 femmes et 4 051 enfants. La plupart d’entre eux l’ont Ă©tĂ© Ă  leur domicile, sur la base du fichier Ă©laborĂ© par AndrĂ© Tulard, le sous-directeur de la direction des Ă©trangers et des affaires juives Ă  la PrĂ©fecture de police.

Cependant, de nombreuses personnes, prĂ©venues par la rumeur, par des militants d’organisation juives, voire par les policiers contrevenant aux consignes, avaient rĂ©ussi Ă  quitter leur appartements Ă  temps et n’ont pas Ă©tĂ© arrĂŞtĂ©s. Que les enfants furent aussi, eux aussi, inquiĂ©tĂ©s, n’Ă©tait pas une exigence allemande. Ce sont les autoritĂ©s françaises, qui pour pallier le faible rĂ©sultat de la rafle, dĂ©cidèrent de les inclure…

67096115_2333522786864133_3363267539491618816_n
Les 16 et 17 juillet 1942, les autobus rĂ©quisitionnĂ©s sont stationnĂ©s devant le VĂ©lodrome d’Hiver. C’est la seule photo tĂ©moignant de cette rafle retrouvĂ©e Ă  ce jour.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s