🔴 17 juillet 1944 : Rommel mitraillé près de Livarot (Calvados).

Mardi 17 juillet 1944, il est environ 16 heures. C’est le dĂ©but de la fin pour la 7e armĂ©e allemande en Normandie. Le marĂ©chal Rommel rentre de Saint-Pierre-sur-Dives. Il vient de quitter le PC du 1er corps blindĂ© SS oĂą il a rencontrĂ© le gĂ©nĂ©ral Sepp Dietrich. Les chasseurs alliĂ©s survolent la route entre Livarot et Vimoutiers. Deux d’entre eux, apercevant la puissance Horch oĂą Rommel Ă  pris place, se dĂ©tachent et piquent sur la route.

« AccĂ©lère ! » ordonne le marĂ©chal. Le chauffeur, l’adjudant Daniel, fonce et tente de se rĂ©fugier dans une allĂ©e bordĂ©e d’arbres. Les balles encadrent la voiture finalement touchĂ©e en dĂ©pit de la manĹ“uvre dĂ©sespĂ©rĂ©e du conducteur. La Horch dĂ©rape et termine sa course dans le fossĂ©. Les Belges et les Anglais revendiquent ce fait d’armes. Deux autres pilotes, un Français et un NĂ©o-ZĂ©landais, s’attribuent aussi le mitraillage…

Toujours est-il que le marĂ©chal Rommel est Ă©jectĂ©. Les premiers secours lui sont prodiguĂ©s près de l’usine Laniel. Il est ensuite transportĂ© Ă  la pharmacie de Livarot. Deux autres occupants de la voiture, le capitaine Lang et le major Neuhaus sont indemnes.

Le marĂ©chal Rommel saigne des oreilles et souffre d’une blessure importante au-dessus de l’œil gauche. Le pharmacien et maire du village, Marcel Lecesne, qui lui fait deux injections de camphre Ă©thĂ©rĂ©, comprend bien vite qu’il s’agit du marĂ©chal Rommel.

Le « Renard du dĂ©sert » est ensuite transportĂ© Ă  l’hĂ´pital militaire allemand de la Luftwaffe Ă  Bernay. Les AlliĂ©s ne le savent pas encore mais un pilote de la Spitfire vient de mettre hors d’Ă©tat de combattre l’homme qui leur tient tĂŞte depuis plus d’un mois !

Le 14 octobre, alors qu’il est suspectĂ© d’avoir pris indirectement part Ă  l’opĂ©ration Walkyrie, (l’attentat manquĂ© contre Hitler le 20 juillet), et qu’il est en convalescence  chez lui, Rommel reçoit la visite de deux Ă©missaires spĂ©cialement envoyĂ©s par le FĂĽhrer. Ils lui demandent de mettre fin Ă  ses jours. Erwin Rommel dĂ©cède après avoir absorbĂ© du poison. C’est la condition pour prĂ©server sa famille.

Cela permet aussi d’Ă©viter un mouvement d’humeur de la part des Allemands qui vĂ©nèrent Rommel, considĂ©rĂ© comme un hĂ©ros. Il a d’ailleurs droit Ă  des obsèques nationales.

La cĂ©rĂ©monie a lieu le 18 octobre Ă  Ulm. Von Rundstedt est chargĂ© de reprĂ©senter Hitler. Dans son discours, il dit : « Son cĹ“ur appartenait au FĂĽhrer ». Mais le gĂ©nĂ©ral n’assiste pas Ă  la crĂ©mation.

160715_pd8hn_rci-m-rommel-bw_sn635

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s