⚫ Le massacre d’Oradour-sur-Glane : le drame de l’église : Une jeune mère, qui vient de jeter précipitamment son bébé par le vitrail. (2/3).

Par quel miracle une femme réussit-elle à se glisser, bravant la mort qui crache de partout, jusque derrière l’autel ? Là, un escabeau qui sert à allumer les cierges; au-dessus, un vitrail ouvert… Le salut ! Péniblement, la femme se hisse jusqu’à l’ouverture et, quelques secondes, boit avidement le soleil et l’air pur. Un saut de trois mètres. Elle se redresse. Elle va fuir. Mais des cris retiennent son mouvement; elle lève la tête : une autre femme a suivi le même chemin qu’elle, une jeune mère, qui vient de jeter précipitamment son bébé par le vitrail : « Sauvez mon petit, prenez-le ! ».

L’enfant s’est écrasé sur le sol, tandis que sa pauvre maman va sauter à son tour pour courir vers le jardin du presbytère, tout proche, où les deux femmes espèrent se dissimuler. Trop tard ! Leur fuite a été aperçue; tout autour d’elles les balles sifflent, crépitent; frappée à la mort la jeune mère s’écroule, et son petit enfant expire à ses côtés. Il n’y a plus, maintenant, qu’une rescapée, blessée grièvement, et qui s’est affalée un peu plus loin, entre des rames de petits pois; les jeunes feuillages recouvrent son corps exténué; à demi-consciente elle reste là, des heures et des heures…

564490

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s